• Japan Expo, mon coeur amoureux...

    Japan Expo 2017 : Deux catcheuses et deux catcheurs japonais à l ...

    Hier, comme vous ne le savez sûrement pas, était mon premier jour de vacances et quoi de mieux pour le remplir que d'aller me coller à une bande de geeks suants et obsédés par le Japon ? Rien. Voici donc le récit de cette folle journée de Japan Expo 2017.

    Bon, déjà, il faut que vous sachiez que c'est la première année où j'ai dû faire le trajet Orléans-Villepinte seule, sans personne qui sache se diriger dans Paris. Et c'était... magique. En effet, mon sens de l'orientation est aussi efficace qu'une casserole en forme de passoire, d'où le fait que je n'aie jamais testé.

    Reindeer et sa bonne humeur habituelle, à 6h du matin.

    Déjà, le réveil à 6h, quand on n'a plus l'habitude, c'est dur, mais encore, ça passe. Pareil pour aller des Aubrais à Austerlitz, no problem, mais c'est après que ça se corse. Eh bah oui, ma p'tite Reindeer, tu avais oublié que la gare était un fuck*ng labyrinthe...

    Du coup, sociable comme je suis (kof kof), j'ai demandé à des gens cosplayés si je pouvais les accompagner (des gens forts gentils et bien braves que je remercie à genoux encore maintenant). Et nous touchions presque au but lorsque la démoniaque chaleur frappa l'un de ces valeureux camarades de galère. Ouaip, elle s'est écroulée dans le RER, comme ça, sans prévenir. Un black-out, une absence, et HOP ! elle était par terre. Elle portait un énorme casque et une combinaison moulante bleues avec des symboles, un personnage de Zelda dont j'ai oublié le nom (honte à moi). Du coup, vous le savez : Cosplay lourd + chaleur à crever = mort subite du guerrier. Mais bon, on est vite sortis et elle allait bien mieux après ça (rangez les pleureuses, les gars, elle va bien).

    Merci pour le tuyau, Jésus.

    Je vous passe la torture de la file d'attente : chaque personne ayant déjà été à la JE sait à quel point ces files sont... RAAAAAAAAAAAAAH ! Mais bon, vous commencez à connaître cette escroc qui vous raconte des histoires, elle finit toujours par faire un petit coup de bâtard. Et ce petit coup de pute, c'était... zigzaguer entre les gens pour les doubler ! Mouahahahahahahaha ! (je suis siiiii démoniaque) Du coup, j'ai passé beaucoup moins de temps dedans et j'ai pu entrer à 10h.

    Tout le monde s'en fout des files d'attente, Colossus.

    Une fois entrée, il n'y avait (évidemment) plus de plan du parc des expos. Et qui qui c'est qui a téléphoné à sa pote pour qu'elle la guide alors qu'elle est sourde comme un pot ? C'est moué ! (pote qui, au passage, n'a pas eu sa dédicace, paix à son âme) Du coup, j'ai récupéré son plan de la JE (oui, je suis un vautour) pour aller au stand Ki-oon où l'auteure de Pandora Hearts (Jun Mochizuki) devait faire des dédicaces pour la sortie de sa nouvelle série, Les Mémoires de Vanitas (qui est géniale, je la recommande). Au final, j'ai mon tome de Vanitas, mais pas ma dédicace : c'était la folie, les gens étaient trop au taquet (si on avait fait une Battle royale avec dédicace à la clé, ç'aurait été pire que le Colisée).

    Les Mémoires de Vanitas de Jun MOCHIZUKI chez Ki-oon

    Bon, pas de dédicace ? Pas grave, y'a encore les conférences. Ouaip. Pour la première fois, je suis allée à une conférence, et pas à celle de n'importe qui : celle de Kazutaka KODAKA, le scénariste de Dangan Ronpa ! Il s'agit d'un jeu (où tous les personnages meurent les uns après les autres) qui a eu un grand succès au Japon, bien que moindre en France puisque les jeux 1 et 2 sont disponibles uniquement en anglais. Mais... Le troisième va sortir en français ! Et la bonne nouvelle, c'est que ce jeu est indépendant des précédents donc on peut y jouer comme ça.

    Ensuite, on a surtout fait le tour des stands. Du coup, je vais un peu vous présenter les artistes amateurs à qui j'ai acheté des trucs parce que leurs œuvres manquaient terriblement à ma vie (et parce que j'ai bon goût, c'est indéniable).

    Je ne la connaissais pas, mais j'ai eu un coup de cœur pour ses dessins. C'est une artiste italienne qui est déjà bien lancée dans la filière artistique avec quelques dessins de BD à son actif. Je lui ai acheté 3 magnifiques posters dont un avec un centaure qui m'a juste éblouie.

    Poster de Duckie 1Poster de Duckie 2Poster de Duckie 3

    Par contre, elle, je la connaissais. Et je l'aime. BEAUCOUP. J'aime son travail et surtout la série manga qu'elle dessine : Chronoctis Express (si vous ne la connaissez pas, vous pouvez la lire sur Amilova, gratuitement, et l'acheter si elle vous plaît comme elle m'a plu). Du coup, je lui ai acheté le badge de la série et un poster fanart du pacte des Yokais et... elle me l'a dédicacé ! Trop de bonheur ! En fait, chacun de mes tomes de la série est dédicacé avec un dessin de l'auteure, et je les garde précieusement, tout comme je pense mettre ce poster sous verre (bon, ok, pas à ce point, mais je suis contente). Elle a récemment fait un contrat avec une maison d'édition, d'ailleurs.

    Poster dessiné par Aerinn (et dédicacé, si si, je te jure, regarde le truc noir en bas)et le badge !

    Je lui ai acheté un pack boyfriend de badges (en gros, deux badges représentant les protagonistes d'un couple) de Yuri on Ice avec Yuri et Viktor, et aussi un porte-clé représentant Yuu Kanda et Alma Carma (OTP, mon gars !) de la série D. Gray-man. J'ai trouvé ça trop mignon, et puis, c'est une dessinatrice qui est considérée comme un "dieu" par mon amie, alors raison de plus pour lui remplir son porte-monnaie !

    Désolée pour la qualité, mon pauvre portable est au bord de la mort

    Bref, je suis sortie heureuse de ce shopping. Pauvre, mais heureuse. J'ai aussi fait des "achats de la honte" : 3 yaois dont je me ferai un plaisir de vous parler (au même titre que Vanitas et Chronoctis Express) et des goodies de la série In these words dont le tome 3 ne devrait pas tarder à sortir (octobre, il me semble) à mon grand bonheur. D'ailleurs, je cours toujours après les autres œuvres de Guilt Pleasure puisqu'elles n'ont été en vente qu'une fois en français, exceptionnellement (et ça me fait un peu chi*r).

    Bien sûr, pour clôturer cette Japan, il fallait un moment émotion, c'est primordial ! Et je l'ai eu ! Au moment de partir, j'ai eu le bonheur de voir Joueur du grenier à son stand. Et là, je ne sais pas ce qu'il s'est passé mais... je me suis mise à pleurer. Comme une chochotte. Voilà. Maintenant, vous savez que Reindeer pleure quand elle est trop contente. Ne me rendez jamais heureuse, c'est embarrassant.

    Et c'est ainsi que s'est finie cette journée spéciale (je vous passe le moment où j'ai confondu Gare du nord et Gare de Lyon, c'était pitoyable). J'espère y retourner l'année prochaine, et cosplayée cette fois, histoire de vous montrer les photos.

    « "Stupeflip vite", StupeflipRadio Bambi #15 : La carrière de Tyrion »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    Tags Tags : , , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Lundi 10 Juillet à 08:44

    Waw ! T'as dû t'amuser comme une folle !

    Je suis jamais allée à la Japan expo, pas l'occasion, pas l'argent du voyage, du coup, je suis super contente de voir tes souvenirs ! ;)

      • Lundi 10 Juillet à 10:34

        Au fil des années, y'a eu des hauts et des bas, mais cette JE était assez exceptionnelle ;)

        Bah, moi, heureusement qu'il y avait Papa-Maman pour me payer le train, parce que ça coûte bonbon. Après, je suis à 1h de Paris donc c'est assez pratique ^^. C'est une expérience à faire, la JE, ça ne plaît pas à tout le monde, mais c'est bien de savoir ce qu'il y a là-bas ^^.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :