• Radio Bambi #12 : Une histoire de fric

    Hey hey hey !

    Alors que je me baladais tranquillement sur le Forum des Jeunes Écrivains, je suis tombée sur un topic qui posait cette question : Comment écrire un best-seller ? (question relativement stupide au demeurant) A cela, un commentateur (Mikaroman, pour ne pas le citer) a répondu par une petite histoire très intéressante :

    Un homme avait trouvé une méthode pour faire fortune en écrivant sans publier :
    Après des années de travail de recherche en droit et en économie, il a demandé un rendez vous avec son banquier. Le jour du rendez vous, le banquier a voulu connaître la raison qui motivait cet entretien et ce qu'il pouvait faire pour son client. La réponse de l'homme fut assez simple :

    - J'ai écrit un livre, très documenté, je le pense sans faille juridique ni légale. Une copie est déposée chez un notaire connu de moi seul qui le fera publier s'il devait m'arriver malheur.
    - D'accord, mais cela ne m'explique pas ce que je peux faire pour vous.
    - Ce livre s'intitule "comment voler votre banque légalement".
    - Comment ça ?
    - Il existe une méthode, elle est imparable. Le système bancaire, tel qu'il est fait implique que cette faille restera. Les quatre méthodes pour tenter de supprimer cette faille vous couteraient des milliards, c'est expliqué dans le livre. Il suffit d'avoir un compte bancaire chez vous pour vous piller en toute légalité.
    - C'est impossible !
    - J'ai ici un exemplaire de mon manuscrit. Je vous le laisse. Vous n'avez qu'à l'étudier.
    - C'est une blague ?
    - Je suis très sérieux. Je vous laisse deux semaines. Au bout de ces deux semaines, je ferai fortune :  soit vous m'achetez les droits de ce manuscrit, soit je trouve un autre acheteur. Mon prix est de deux cents millions d'euros. Mon numéro de téléphone est sur la page de garde.
    - C'est ridicule. Si cette méthode fonctionnait vous l'auriez utilisée.
    - Ce n'est pas mon objectif. Vous ne vous êtes pas demandé pourquoi vous ? Pourquoi cette banque et pas une autre ? Je ne veux pas votre argent, je veux vous tenir par les couilles. Il s'avère qu'elles sont pleines de fric et que je compte bien les serrer un peu, mais c'est plus pour que vous le sentier passer.
    - Mais pourquoi ?
    - Vous avez deux semaines. Lisez le manuscrit et fouillez un peu pour voir ce que j'ai à vous reprocher. Deux cents millions ou la ruine. Vous constaterez que je suis intelligent. Ne pensez pas pouvoir me doubler. Bonne lecture.

    En fait la direction de la banque rappela l'homme en question bien avant la fin du délais. Le banquier avait lu le manuscrit. Il avait rapidement compris l'astuce et fait remonter l'information en haut lieu. Le système était imparable. Le fait-même que quelqu'un puisse découvrir qu'une faille de cette ampleur existait mettait l'existence des banques en périls. Les bourses se seraient effondrée. C'est le PDG en personne qui se rendit au domicile de l'écrivain :

    - Nous avons mené notre enquête et nous avons découvert pour votre père. Nous vous présentons nos plus humbles excuses.
    - Il est un peu tard pour les excuses. J'imagine que si vous vous êtes déplacé c'est que vous avez étudié mon manuscrit.
    - En effet.
    - Vous n'avez trouvé aucune faille ?
    - Aucune. Nous sommes pieds et poings liés.
    - Vous avez donc l'argent avec vous ?
    - Oui.
    - Très bien, déposez ça dans le garage et partez.
    - Mais quelle garanti avons nous que nous ne reverrons jamais une copie de votre manuscrit refaire surface ?
    - L'argent que vous venez de me déposer n'a de valeur que si notre système monétaire ne s'effondre pas. Je n'ai pas besoin de cet argent, j'ai un travail honnête. Mais il va m'offrir la garantie que vous ne pourrez rien me faire. Je sais exactement comment l'employer pour cela. Votre sort est désormais dans les mains d'un honnête homme. Je vous fait la promesse sur mon honneur que je ne dévoilerai jamais ce manuscrit à qui que ce soit. Vous voilà donc rassuré à a hauteur de la valeur que vous accordez à l'honneur. Cela me semble être un juste châtiment.
    - Je vous jure que je ne savais pas pour votre père.
    - Parce que si vous l'aviez su vous auriez fait quelque chose ? Je suis un homme honnête, mais je suis un homme en colère, et vous savez que j'ai des raisons de l'être. Fichez le camp !

    Quelque temps plus tard, cet homme repris un rendez vous chez son banquier. Il va sans dire que contrairement à la première fois, il n'eut pas à attendre. Son banquier annula ses rendez vous de la journée pour le recevoir immédiatement.
    L'écrivain se rendit donc à la banque avec un sourire enjoué sur le visage. Il s'assit sur le siège qu'on lui présenta et déclara sans prendre le temps de dire bonjour :

    - Cette fois ci, je voudrais deux milliards.
    - Quoi ? Mais vous aviez promis...
    - J'ai effectivement promis, et je tiens ma promesse. Aucune copie du manuscrit que je vous ai présenté ne circule et ne circulera jamais. Et je ne vais pas vous faire payer deux fois une promesse, ce serait du chantage.
    - Mais pourquoi ces deux milliards alors ?
    - Il s'avère qu'il existe une autre méthode pour vous piller légalement. Ce n'est pas une variante de la première méthode, c'est quelque chose de radicalement différent. Il s'agit d'un montage financier assez complexe mais tout à fait légal. Il faut avoir une mise de départ, ce n'est pas à la portée de tous vos clients, mais... Vous êtes au courant que j'ai eu une belle rentrée d'argent récemment ?
    - C'est du chantage ?
    - Non, c'est un exemple didactique. En examinant la situation particulière de mon compte, vous pourrez vous rendre compte que la méthode décrite dans ce nouveau livre fonctionne. Je ne me permettrai pas de m'en servir à titre personnel : ce serait du vol,  et vous savez que je suis honnête. N'est-ce pas ?
    - Bien sûr.
    - Comme la dernière fois, je vous laisse une copie du manuscrit et je vous laisse me rappeler.

    Là encore le PDG se déplaça en personne. Un nouveau PDG en l’occurrence, puisque l'autre avait décidé de prendre ses distances avec le monde de la finance :
    - Comme convenue les sommes ont été versée sur les comptes que vous nous avez désigné.
    - J'imagine que vous allez tenter de les suivre pour les récupérer. Deux milliards de trou dans le budget c'est compliqué à expliquer aux actionnaires. Et vous ne pouvez pas expliquer cette disparition sans leur expliquer qu'ils sont assis sur un matelas qui risque fort de se dégonfler. Ce serait la panique.
    - Vous avez ma parole, monsieur, que la banque respectera son engagement, nous ne tenterons pas de récupérer cet argent.
    - Je m'en doute. Ou sinon vous me verrez contraint d'utiliser la troisième méthode.

    Quand l'auteur des deux manuscrit prononça ces mots, le PDG devint livide. Sa respiration se figea un instant avant qu'il puisse rajouter :

    - Une troisième méthode ?
    - Oui. La première méthode m'a permis de vous voir ramper et me présenter des excuses. Elle m'a aussi permis d'avoir les fond pour mettre en place la deuxième méthode. Vous tenir par les couilles ne me suffisait pas, je voulais vous entendre couiner. Avec la troisième méthode je vous castre définitivement : je peux jouir de votre argent en tout impunité puisque ma mort signifiera que ma méthode sera dévoilée au monde entier. Souvenez vous que je dispose d'un milliard et que je sais me servir de l'argent. Maintenant partez de chez moi.

    Le temps passa. L'auteur ne fit jamais parler de lui. Il vécu une vie calme et paisible, riche comme crésus mais humble. Puis sa santé déclina. Par un curieux hasard, les meilleurs médecin se pressèrent à son chevet sans même qu'il ait eu à les solliciter, mais il n'y avait rien à faire.
    Les banquier s'arrachaient les cheveux : depuis des années ils tentaient en vain de découvrir une parade et de prévenir l'effondrement du système qui leur permettait de vivre. Ils avaient découvert qu'il existait effectivement quelque chose de prévu, un message qui inonderait le monde entier, mais ils furent incapable de découvrir qui le déclencherait et ce qu'il contenait.
    Le jour où l'auteur mourut, sur les écrans du monde entier une fenêtre popup s'ouvrit :

    Prétendre qu'il existe une troisième méthode

    Moralité de l'histoire : On peut faire un best-seller sans vendre un seul livre. Il existe "une méthode infaillible".

    « Désillusion chez le libraireJuste un au revoir - Concours de drabble »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    1
    Samedi 13 Mai 2017 à 21:06

    Tout simplement génial !!

      • Samedi 13 Mai 2017 à 21:15

        Ce mec est tout simplement un génie ^^ (et il aurait fait fortune au poker avec un tel sens du bluff)

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :