• "Stupeflip vite", Stupeflip

    Si cette musique vous dit quelque chose, c'est que vous écoutiez la radio en 2011.  Je suis récemment tombée dessus et mon amour du rap m'a envoyée au 7ème ciel...

    Mais bref, comme la première écoute ne vous permettra pas de profiter du génie des paroles, je vous les mets :

    Et tressaillez d'allégresse
    Car votre récompense sera grande dans le ciel...

    [Couplet 1 : King Ju]
    Moi je suis Rascar Capac et je t'attaque avec mon Mac
    La vie une chausse-trappe
    Pas de quartier quand les lyrics frappent
    Mon sourire te glace
    Comme un clic-clac qui grince
    Le voilà qui revient, mince !
    Tous les mardis pour te serrer la pince
    Donne moi le courage
    D'aller bouffer tous les nuages
    Écoute mon cœur
    Écoute la rage
    Écoute ce texte anthropophage
    Écoute ce mec qui vote réac'
    Écoute cette mère seule qui craque
    Écoute le cri des animaux
    Quand on les enfouit dans un sac
    Le crew revient fier
    Tapi dans l'ombre pendant des millénaires
    Ses poumons t'éclairent
    Comme l'EDF ou le nucléaire
    Alors ferme ta gueule
    Les Argémiones marchent seuls
    Pas de meuf pas de taff pas de bouffe
    C'est bien casse-gueule
    Je me calmerai jamais
    J'en ai trop gros sur la patate
    Je coupe les pattes, t'épate, encore donner des coups de savate
    Et c'est l'hypocrisie totale
    Peu d'espoir que ça dérange
    Et c'est l'apathie générale
    Peu d'espoir que les gens changent mais...

    [Refrain X2] :
    Stupeflip vite Stupeflip vite
    Stupé-stupeflip vite
    Stupeflip vite Stupeflip vite
    Le truc est vivant dans les têtes même s'il est cramé dans les Fnac
    Tu l'as séquestré, bâillonné, ligoté

    [Couplet 2 : Cadillac]
    Cadillac en peer-to-peer
    Reviens te chier dans l'crâne
    Faire un p'tit tas
    C'est au p'tiot que j'cause
    Qui est en toi à qui j'cause
    Dans ton for intérieur
    Y a un enfant qui pleure
    Toi tu t'sens plus, lui y se sent mal
    Tu l'a séquestré, bâillonné, ligoté
    Tu r'connais le p'tit gars qu'est en toi
    Le p'tiot la p'tiote
    Qui chiale dans l'fond c'est toi
    Tu préfères te cacher
    Faire le steak haché
    Sous vide
    T'as du mal à respirer
    C'est toi là-haut ?
    Dans la cour des grands
    Qui fait semblant
    Le coq, le fanfaron, la putain
    Qui tourne en rond
    (AAAAAAAHHHH)
    Tu crois gérer
    Mais t'es mal digéré
    Il est où le p'tiot qu't'étais ?
    Il est mort le p'tiot qu't'étais !

    [Refrain] X2

    [Couplet 3 : King Ju]
    Je ne casse pas
    Je n'me marre pas
    Je n'espère pas
    J'observe les autres
    Qui partent en couille
    Ou en chipolata
    Viens pas m'juger
    J'fait c'que j'peux
    Avec c'que j'ai, grand
    C'est pas l'carnaval des enfoirés
    Ni Augustin Legrand
    4 par 4
    J'découpe mes rêves
    Avec un cimeterre
    Noie les p'tits chats
    Tue les espoirs avec un lance-pierre
    Mais d'où j'ai pas fait
    Tous les trucs que j'aurais dû faire?
    J'ai fait mes soixante prières
    Par terre dans la poudrière
    Foule sentimentale, je t'ai souvent cherchée
    Mais où es-tu ?
    Où sont les utopies ?
    Où sont les éveillés ?
    Où sont les belles dames,
    Les belles âmes ?
    Où sont les cérébrés ?
    Ras-le-bol d'être tout seul.
    Je suis fatigué d'expliquer.
    Utopistes debout !
    J'ai des lyrics en stock
    Et si plus personne comprend
    Je m'exile à Pétaouchnok.
    Alors laisse moi triper l'esprit
    Laisse moi l'dire avant d'mourir
    J'suis pas cet esclave qu'attend l'week-end
    Pour s'enfuir

    [Refrain] x2

    [Outro]
    Tu l'as séquestré, bâillonné, ligoté X2
    Bâillonné ligoté (echo)
     
    (source : ici)
    « Wonderwoman, I don't care, I love it.Japan Expo, mon coeur amoureux... »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

  • Commentaires

    1
    Dimanche 2 Juillet à 12:31

    Nostalgique ?

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :