• L'extraordinaire voyage de Marona

    Déjà, bonne année !

    Oui, je sais le retard blablabla... J'ai pris la décision de publier mes articles en simultané ici et sur mon Pillowfort, parce que j'adore quand même mon blog. (News qui n'a rien à voir avec l'article, mais c'est pour ceux qui se demandent où est-ce que j'ai disparu depuis... plus d'un mois, je crois ?)

    Bref. Je viens juste de sortir de ma séance de cinéma pour "L'extraordinaire voyage de Marona". Ça s'est un peu fait sur un coup de tête, mais je ne suis pas déçue de ma mâtinée ! Alors, qu'est-ce qu'on peut en retenir ?

    Commençons par un petit synopsis : Victime d’un accident, Marona, une petite chienne, se remémore les différents maîtres qu’elle a connus et aimés tout au long de sa vie. Par son empathie sans faille, sa vie devient une leçon d’amour. (merci Allociné : les infos ici)

    Je trouve que le résumé du dessus en fait un peu trop mais le film est vraiment chouette. L'animation m'a particulièrement frappée. C'est coloré, dynamique, original. La multiplicité des designs de personnages avec leurs matières et leur identité me rappelle un peu Gumball dans un autre registre. On pourrait penser que ça ne va jamais aller ensemble et finalement, ça se fond très bien l'un dans l'autre. Je pense qu'ils ont voulu représenter la vision de Marona, avec toutes ces personnes aux odeurs différentes, sans vraiment prendre en compte l'aspect physique des personnes.

    L'histoire, elle, commence par la fin avec la mort de Marona et sa dernière maîtresse qui la pleure sur la route. Pas très engageant comme départ mais je savais à quoi m'attendre. Pas mes parents. Je les ai vus changer de couleur, c'était assez drôle. Il y avait trois familles dans la salle de cinéma, l'une d'elles est sortie dans les premières minutes. Apparemment, la mort est quelque chose d'un peu trop sensible pour certains parents... Enfin bon, s'ils ne veulent pas l'aborder en douceur avec un film, ça les regarde.

    Pour le reste, tout s'enchaîne à merveille, des transitions à la voix douce de la narratrice qui n'est autre que Marona. Les situations réelles et les dérives oniriques qui se mélangent parfois. Il y a un symbolisme assez présent quand on y fait attention. Si c'est quelque chose que vous appréciez, ça peut vous intéresser. Et si ça ne vous intéresse pas, vous pouvez juste passer à côté sans que ça n'impacte l'appréciation globale de l'histoire.

    D'ailleurs, l'histoire est assez dure. C'est doux-amer tout au long de la vie de Marona. On passe du meilleur au pire, on tire avec elle les leçons qui lui arrivent dans la figure. Marona évolue vraiment au fil de ses différents propriétaires.

    Bref. Tout ça pour dire que je conseille réellement ce film.


     

    Je vous mets l'article du carnet du cinéma sur le film si ça vous intéresse :

    (Pour mieux voir, clic droit sur l'image "afficher l'image" et zoomer)

    « "Shia LaBeouf", Rob CantorI kill giants »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    1
    Mardi 21 Janvier à 17:54

    Si c'est sorti récemment au ciné j'imagine qu'il faudra que j'attende quelques mois avant de mater! :o En tout cas l'idée ne me parait pas neuve (déjà vu dans certains récits du genre, amateur ou non), mais l'oeuvre semble rester unique, j'ai bien envie de voir. :)

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :