• Je suis un artiste ! Mouahahaha !

    Quand j'ai créé ce blog, j'ai annoncé la couleur : j'aime écrire. En fait, non : j'aime BEAUCOUP écrire. C'est sûrement ma seconde plus grande passion (après faire des commentaires grivois). Du coup, j'ai envie de poster quelques textes... et vous allez souffrir ! Mouahahaha !!!

    Je suis un auteur ! Mouahahaha !

    Il y aura sûrement aussi des dessins, quand j'aurais le temps d'en mettre, parce que c'est quand même beaucoup plus long à faire...

    Et pour suivre l'avancée de la toute première fiction originale du blog, cliquez sur la couverture :

    Oui, ici, appuie avec ton doigt (parce qu'avec le nez, c'est moins efficace... Mais tu fais ce que tu veux, ça me regarde pas)

  • J'arrive !

    Comme d'habitude, je m'y prends au dernier moment. Mais voilà ma participation au concours organisé par Génération Lecture avec pour thème l'automne. La deadline étant le 21 novembre à 16h, je suis juste. Mais bon, c'est parti !

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    2 commentaires
  • Je participe au NaNoWriMo !

    Vous avez voté Cernunnos, vous allez l'avoir. Parce que cette année, je participe au plus grand évènement d'écriture de l'année : le National Novel Writing Month ! Mais qu'est-ce donc que cette chose que je ne saurais prononcer ?

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    18 commentaires
  •  

    Quitte à écrire des horreurs, autant le faire le soir d'Halloween.

     

    Voilà ma participation au concours 3000 visiteurs de Nienor, qui est à rendre au plus tard le 15 novembre (on est large donc). Il fallait écrire un court texte, entre 500 et 2000 mots dont le début devait obligatoirement être : « Depuis toute petite, on la réveillait tous les matins à huit heures. »

    J'ai donc choisi, pour une fois, de faire un texte engagé sous forme de poème (bon, remastérisé à ma sauce, puisqu'il y a de la prose et de la rime mélangés... On appelle ça la forme libre). Le plus difficile, ça a été de faire plus de 500 mots. Parce que honnêtement, quand je me lance dans des envolées lyriques, ça tient plus du planeur que de l'avion de ligne... Et en prime, il fallait que je sois subtile. Bon, c'est raté, je crois que plus évident, ç'aurait été de sortir le drapeau arc-en-ciel.

    Mais bon, je me suis fait plaisir et j'espère que vous aurez autant de plaisir à le lire.

     

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    6 commentaires
  • Hey hey hey !

    Attendez, je refais mon entrée...

    Je vous ai promis une fiction à publication mensuelle. Mais j'ai plusieurs projets en tête et j'ai besoin de savoir quelle histoire va vous intéresser.

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    12 commentaires
  • Voilà ma participation au concours de Sasha03. Le but était d'écrire un texte comprenant le moins de pronoms possibles et d'y inclure la phrase : « Tandis qu'une nouvelle vie débutait, une autre s'achevait. »

    J'ai décidé de faire une espèce d'hybride poésie/nouvelle classique. Ça me semblait une bonne idée, puisque la contrainte me handicape sérieusement... Par contre, j'ai dû changer le temps de la phrase pour la rendre compatible au texte.

     

    Hurlement

      Courir, hurler, célébrer jusqu'au bout de la nuit. Truffe au sol, truffe au vent. Poursuivre la proie, sentir son odeur, sa peur. L'entendre trébucher, se relever, s'enfuir. Faim, rien que la faim, et la proie. Pas un daim, ni un lapin, seulement un humain. Pauvre, pauvre gamin. Un hurlement, le sien : « A l'aide, au secours ! ». Personne ne viendra. Sauf moi. Courir, le poursuivre et l'attraper. Plus de terre sous mes pattes, non non, juste un corps tétanisé. Un hurlement, le mien : « Victoire !». Ça tremble sous mes griffes pourtant émoussées. N'aie pas si peur : ça m'étonnerait que tu sois comestible vu l'odeur. M'amuser, oui, m'amuser c'est tout ce qui m'intéresse. Enfin, pour l'instant.

      Plus de mouvement, figé comme dans un bloc de glace. Ah non ! Mes mâchoires pincent son dos. C'est plus drôle quand ça bouge. Poussé, repoussé, la terre de nouveau. Le jeu reprend, mais plus pour longtemps. Lune est fatiguée, Lune va se coucher. Hurler, chanter, la réveiller. Encore cinq minutes ! Le retrouver, sauter, l'égorger. L'herbe a soif, l'herbe a bu. Un gémissement, puis le silence. Mon nez dans son cou inerte, ma truffe contre sa veine qui palpite, palpite de plus en plus vite. Tandis qu'une nouvelle vie débute, une autre s'achève. Un devient deux. Te voilà, né du ventre arrondi de Lune. Et sous son regard, deux deviendra trois. Courir, hurler, célébrer jusqu'au bout de la nuit, désormais en ta compagnie.

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique